Nager d’une seule main et d’une seule jambe… ?

Nager d’une seule main et d’une seule jambe …? C’est ma découverte éblouissante de l’année : c’est possible !

LA PREUVE …

Je ne sais pas pour vous, moi, ça m’en bouche coin ! Même en scrutant les nageurs des jeux paralympiques, je n’ai vu aucun hémiplégique, vraiment aucun ! Le film-là, ça motive-dè !

Mais remettons les choses dans leur contexte : Claire, ma copine nageuse de France AVC 35, qui est sur la vidéo, a fait 2 AVC il y a 18 ans. Elle s’est mise à la natation il y a 15 ans. Elle ne savait pas nager le crawl avant ses AVC. Comme quoi ! Sa spasticité est plus importante que la mienne, mais … pas dans l’eau  ! Elle est aussi extrêmement sportive ce qui n’est pas totalement mon cas 😉 .

J’ai envie de réapprendre nager depuis longtemps. Je n’étais pas une grande nageuse, mais la nage comme la course ou la marche me permettait de ne penser… à rien ! Et puis, ça détend  d’être dans l’eau. J’ai essayé d’abord toute seule avec des frites. Ce n’était pas très plaisant : mal au cou et au dos, je ne savais pas quoi ni comment faire, et puis surtout, j’ai manqué pas mal de fois de me casser la figure en remontant sur le bord de la piscine (solution : voir le PS en bas de page). Je me suis renseignée dans plusieurs piscines de mon ancienne région: demerden Sie sich, en gros… Alors quand j’ai déménagé en Bretagne (Bretagne = mer, nager, piscine etc… 🙂 ), je me suis dit qu’il fallait prendre le taureau par les cornes. J’ai vu que France AVC 35 organisait des cours de natation adaptés (qu’est-ce qu’ils sont bien ces bretons 😉 . Je m’y suis inscrite.

Je vous passe la première leçon … qui n’en était pas une : le maître-nageur était absent. Je me suis débrouillée très, très mal : j’ai marché en faisant des pas chassés-croisés. Quelle douleur pendant 2 jours ! Mon kiné a réussi à me remotiver ; cette fois, le maître-nageur était là : ouf ! J’ai fait quelques exercices simples comme marcher en levant les genoux en avant, puis en reculant, en faisant des pas chassés (simples, pas croisés !). D’ailleurs, pas si simples que ça, ces exercices : ma jambe hémiplégique remontait. Il m’a fallu la pousser à chaque pas pour la maintenir au fond. Idem pour les pas chassés. Ensuite, le maître-nageur m’a conseillé de faire des flexions de la jambe hémiplégique, l’eau à hauteur de poitrine, et m’entraîner sur le step dans l’eau : c’est bon pour se muscler sans déclencher la spasticité et pour l‘équilibre. J’ai fait tous ces exercices d’abord en me tenant au bord, et puis, en essayant de me lâcher… pas trop longtemps parce-que ça caille si l’on ne nage pas … (et froid = augmentation de la spasticité).

Justement, venons-en au cœur du sujet : la nage.

J’en suis au premier chapitre : savoir être autonome dans l’eau.

D’abord, sur le dos, j’ai appris la godille (pas comme au ski !) : bras légèrement fléchi, les doigts serrés, la main et le poignet tournent, un peu comme la reine d’Angleterre qui fait coucou sauf que c’est dans l’eau…. L’explication est claire…? Je le savais !

La godille en natation 
La godille est un mouvement de balayage effectué par les mains et les avant-bras pour stabiliser et bien positionner le corps dans l’eau. 
(Source : https://www.guide-piscine.fr/s-entrainer-et-progresser/perfectionnement-natation/educatif-natation-les-tractions-3273_A)

…. j’ajoute : la godille permet d’avancer … parce-que c’est sûr qu’avec la moitié du corps, y a pas de mystère, on traîne et on se fatigue deux fois plus vite, mais, mais… sur le côté sain, qu’est-ce qu’on se muscle !

popeye-biceps-2

J’ai d’abord nagé où j’avais pied. Ensuite, dans le grand bain, je suis descendue sous l’eau en tenant la perche du moniteur, histoire de tâter le terrain… Je ne me souvenais même plus comme respirer sous l’eau :-/ Heureusement, ça revient vite ! Puis, exercices de retournement dans le grand bassin : planche sur le dos, passage sur le ventre, et inversement. L’objectif : quand on arrive au bout du bassin sur le dos, savoir se retourner pour attraper la barre du plongeoir. Là, on fait travailler les abdos… misère … Je ne les sentais pas du tout du côté hémiplégique … avant la piscine !

Le travail les abdos m’a fait progressé en marche et en équilibre, tout simplement parce-que je me redresse grâce à leur contraction… Faut-il encore que j’y pense (NB : c’est dingue la somme de trucs auxquels il faut penser quand on marche : position du bassin, flexion et contrôle du genou, durée de la pose des pas et leur distance, détente du bras hémiplégique spastique, maintenant contraction des abdos… tu m’étonnes qu’on soit plus fatigué que les valides !)

On fait aussi du « pédalage » et « rétro-pédalage » dans le grand bassin à l’aide de frites. Et d’une, ça nous fait travailler les abdos encore fois, et de deux, la coordination des mouvements et de la respiration. C’est pas de la tarte, figurez-vous ! J’y arrive pas ! GGrrr…

Maintenant, je nage sur le dos maximum 4 longueurs et je souffle comme un phoque après, mais ça devrait s’arranger avec de l’entraînement. Je n’ai pas de douleurs pendant que je nage alors qu’à la marche, c’est moyen-moyen. Je retrouve le bien-être que me procurait les sports d’endurance (même si je ne le suis pas encore !) . Bref, c’est tout bon pour moi, la natation adaptée !

Nager ou réapprendre à nager, faire des exercices de kiné ou faire de l’aquagym dans le grand bassin : hé, hé, c’est que l’on fait avec la natation adaptée mise en place par France AVC 35. C’est très complet. Et puis, les moniteurs sont formés par l’équipe  CHU : ils m’ont aidée à vaincre mon appréhension, par exemple ; pour des personnes aphasiques, ils miment les exercices.

Et vous, avez-vous essayer ? Donnez-nous vos astuces et exercices de natation !

PSla piscine est équipée d’un siège de mise à l’eau. Quand je descends dans la piscine, je me sens un peu comme James Bond, la musique du générique dans la tête.

James Film

PSS : en terme d’équipement, j’ai :

  • des chaussures d’aquagym qui m’évitent de me faire mal au pied hémiplégique surtout quand je recule en marchant (griffe des orteils).
    • NB : il faut les enlever quand on nage : gorgées d’eau, elles pèsent plus lourd.

IMG_1009

  • Claire a des palmes et une hand-paddle (« pagaie de main ») pour nager plus vite !
  • Le médecin qui a vu cette vidéo de Claire a suggéré un tuba pour éviter d’augmenter la spasticité du cou et du dos quand elle respire en crawl.

 

 

 

 

 

 

 

9 réflexions sur “Nager d’une seule main et d’une seule jambe… ?

  1. Merci , Laurence ! Je savais que la natation était bonne, mais je n’en espèrerais pas autant de bien-fait… Du coup, les choses que je n’aime pas à la piscine (genre, se changer 🙄), je les multiplie par 0 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s