Une séquelle possible de l’AVC : l’Aphasie – 1ère partie

Le 29 octobre, c’est la Journée Mondiale de lutte contre l’AVC (Accident Vasculaire Cérébral). Je vais vous parler d’une séquelle possible de l’AVC : l’aphasie. L’aphasie, même 10 ans après mes AVC, me bouleverse encore … J’ai réécrit cet article plusieurs fois : il y a tellement de choses à dire, tellement de souffrances, tellement de situations cocasses même, tellement de types d’aphasie… Je ne suis pas médecin * (sinon, ça se saurait !), mais j’ai décidé de vous faire part d’un petit bout de mon expérience, de mes mini-trucs pour avancer en espérant que ça puisse vous servir. Je m’en suis sortie plus ou moins bien.

Le Salon Autonomic 2019: mes coups de cœur

Le salon Autonomic, c’est LE salon où sont présentées toutes les nouveautés en matière de maintien à domicile, de grand âge et de handicap. J’y suis allée pour partager avec vous mes coups de cœur !

AVC : Inventaire à la Prévert

Prison d’été, prison d’hiver, prison d’automne et de printemps, bagne pour petits et grands… »

(Le Roi et l’Oiseau – dessin animé de Paul Grimault & Jacques Prévert)

Le retour à domicile après un AVC

En cette rentrée (littéraire aussi !), je souhaite vous faire découvrir un guide qui est devenu mon livre culte au sujet de l’accident vasculaire cérébral. C’est, comme son sous-titre l’indique, un guide pour le patient et sa famille.

Les hémiplégiques ne font pas les choses à moitié !

C’est le nom d’une pièce de théâtre écrite ET jouée par des hémiplégiques.

Entre slam, scénettes tirées de l’expérience de chacun des acteurs, et chants, cette pièce traite des sujets de la vie quotidienne : aphasie, héminégligence, retour au travail et ce satané CRLT+ALT+DEL , restaurant et découpe de viande, péripéties épuisantes avec un collant, shopping (très) dangereux…

Mina, la fourmi… et du handicap en général

… ou la différence racontée aux petits, à partir de 3 ans.

Mina est une petite fourmi qui n’a que 5 pattes au lieu de 6. Elle veut travailler, aider, faire comme les autres ouvrières, mais on la rejette. « Comment parler avec des gens qui ont tellement pitié de vous », se dit Mina. « Est-ce qu’une patte en moins, c’est si important que ça ? » Alors…

Belle attelle !

J’ai besoin de mettre une attelle dite de repos. J’ai beaucoup de spasticité, notamment de la main : ma main se rétracte automatiquement si rien n’est fait pour l’en empêcher. Plus je la laisse se replier, plus il est difficile de la détendre sans douleur. D’où la nécessité de la mettre sur une attelle. L’objectif est d’étirer ma main.

Chaleureusement vôtre !

Sourire béat, yeux mi-clos, une certaine torpeur vous envahit, soupir de soulagement, bien-être… A quoi cela vous fait-il penser ? A hiberner ? A votre oreiller ? Pas loin, mais encore…Coussin ? Couverture ? Couette… Bouillotte ? Ah, vous brûlez !!!